Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau-u887

Cognition, Action, and sensorimotor plasticity

I-SITE : GRAVITARM (Gravity force integration into motor control of arm movements)

PROJECT : I-SITE : GRAVITARM (Gravity force integration into motor control of arm movements)
Title : Gravity force integration into motor control of arm movements Acronym : GRAVITARM
Coordinator : Prof. Charalambos Papaxanthis (UMR INSERM 1093, Cognition, Action et Plasticité Sensorimotrice, CAPS)

Abstract
Nous évoluons dans le champ gravitationnel de la Terre. Le cerveau doit intégrer l'action de la gravité (G) sur le corps pour produire des actions coordonnées. Étonnamment, la façon dont le cerveau traite pendant la préparation et l'exécution des mouvements a été négligée. Nous avons constitué un consortium (1 français, 1 américain avec sa propre subvention NIH) pour décrypter les mécanismes mis en oeuvre par le cerveau pour gérer G afin de contrôler le mouvement. Par l’utilisation des techniques complémentaires (p.ex. cinématique, stimulation magnétique transcrânienne (SMT), stimulation neuronale périphérique (réflexe-H, CMEP) et enregistrements EMG) chez les participants jeunes (en 1g et 0g pendant les vols paraboliques) ou âgés (condition 1g) et chez des singes vestibulolésés, nous testerons l'hypothèse principale selon laquelle les modèles internes permettent au cerveau de prédire les effets de G sur le corps et de calculer les commandes motrices appropriées. Spécifiquement, en examinant les caractéristiques cinématiques et EMG des mouvements du bras dans différentes directions et à partir de différentes positions du corps (WP2) chez les jeunes et les personnes âgées, nous examinerons comment le cerveau intègre G. En utilisant SMT, CMEP et réflexe-H, nous prédisons que le contrôle des mouvements ascendants et descendants dépend de signaux liés au facteur G, mais recrute différemment les circuits du cortex moteur primaire et de la moelle épinière (WP3). Avec des expériences réalisées sur la gravité et la microgravité réelle ou simulée pendant les vols paraboliques (WP4), nous testerons comment le cerveau met à jour les modèles internes (0g et 1G), ce qui est considéré comme essentiel pour la planification et le contrôle des mouvements. Notre hypothèse est que pour construire un modèle interne de G, le cerveau dépend fortement des informations vestibulaires. Cela sera testé en étudiant le rôle des signaux otolithiques dans le contrôle des mouvements des membres chez les macaques sains et labyrinthectomisés (WP5, partenaire américain). Nous accordons une grande priorité à la gestion de projet (WP1) et à la diffusion et à l’exploitation des résultats tout au long du projet GravitArm (WP6).  

logo inserm
Université de Bourgogne